dim. 29°C

Oratoire de la Madonna delle Grazie

Lorsque le musée d'art actuel abritait l'hospice pour les pauvres et les malades, cet oratoire était l'église.

Le côté droit de cet oratoire mérite une attention particulière et en particulier les traces de l'ancienne structure romane mise au jour par les restaurations : une petite porte d'entrée murée et surmontée d'une lunette, des arcs suspendus ornés de têtes de vaches et de chèvres, deux fenêtres monolithiques à fils qui allégent la compacité de la maçonnerie.
L'intérieur est orné d'ornements néoclassiques et, sur le mur du fond, de statues en stuc de la seconde moitié du XVIIIe siècle représentant avec une belle fidélité les bienheureux Angelo Porro et San Filippo Benizzi, portant l'austère habit noir des Servites.
L'autel baroque renferme une lunette datant d'environ 1350 : au centre, la Vierge à l'Enfant, flanquée à droite par Saint Jean-Baptiste et à gauche par une sainte identifiée comme Sainte Catherine d'Alexandrie. La fresque a été admirée par plus d'un érudit. Giuseppe Martinola a souligné "la vivacité de la couleur, le raffinement des mains, le contenu du naturalisme de l'enfant" ; Carla Travi a loué "la technique particulière de l'éclosion fine et dense avec laquelle la fraîcheur donne volume et luminosité aux figures" ; Piero Bianconi a aimé Sainte Catherine, qui "élève avec ferveur le visage jeune et plein, peint en rose et encadré de cheveux blonds et épais".
Quant à l'auteur, en 1971, Michele Boskovits a confié l'œuvre à Giovanni da Milano, une attribution que les critiques partagent depuis lors. L'artiste, grand élève de Giotto, a peint entre autres les fresques avec les histoires de la Vierge conservées dans l'église florentine de Santa Croce.