dim. 29°C

Le couvent de San Giovanni

Dans le quartier de l'actuel Musée d'art, il y avait un hospice qui s'occupait de plusieurs besoins, offrant un lit et une soupe aux pèlerins pauvres et accueillant des personnes âgées et malades. Pendant deux siècles, l'hospice fut administré par les Humiliati, puis des prêtres séculiers y travaillèrent et en 1477 les Serviti s'y installèrent, qui le transformèrent partiellement en couvent. Au XVIe siècle, l'hospice a commencé à décliner pour l'amélioration des conditions de vie de sorte qu'au XVIIe siècle, les pauvres et les malades ne restaient que deux chambres. Les frères furent chargés d'ouvrir une école pour assurer l'enseignement primaire. En 1852, les Servites quittèrent le couvent après l'entrée en vigueur de la loi supprimant les congrégations religieuses masculines d'enseignants. Cette loi confie à l'État la mission d'assurer l'éducation des citoyens.

Le cloître possède un élégant portail en pierre saltrienne qu'il imite dans un portique trapézoïdal. L'harmonie et le sens des proportions sont créés par la succession de nombreuses arches. Sur la façade nord, un petit clocher avec deux cloches marquant l'heure et la demi-heure se lève pour inviter les frères à étudier, méditer et prier. Depuis le XVIIIe siècle, il ya trois cadrans solaires et au centre de la façade nord, une horloge de 1796 qui surmonte le blason des Servites. Sous le portique se trouve un retable de l'ancienne église de San Giovanni, qui a été construite avant l'actuelle. Dans le portique sont sculptés en relief la Vierge à l'Enfant au centre, Sainte Catherine à droite et Saint Jean-Baptiste à gauche. Ces travaux furent exécutés en 1514 par Giovanni Gaggini di Bissone.